Avenant 7 kiné

Décryptage avenant 7 kiné avec Julien de Yotéra

Les négociations de l’Avenant 7 kiné auront fait couler beaucoup d’encre depuis fin 2022. Il a finalement été signé début Juillet par 2 des 3 principaux syndicats de la profession. Au menu il y a pas mal de changement avec évidemment les 2 volets qui font grincer des dents: la revalorisation des actes et les restrictions d’installations, mais il y est aussi question de l’accès direct, des renouvellements d’ordonnances, de prévention, et d’un gros dossier en cours depuis plusieurs années: la refonte de la nomenclature.

Et pour nous parler de tout ça c’est un immense plaisir d’accueillir Julien, qui est jeune kinésithérapeute passionné et fondateur de Yotéra Kiné, que je vous invite d’ailleurs à suivre si vous cherchez des « réponses » à une question clinique mais aussi pour la qualité des articles que ce soit pour l’actu, les fiches pédagogiques et bien plus.

Résumé de l’interview avenant 7 kiné (vidéo complète en bas de page)

Un nouvel acte de repérage de la fragilité

L’avenant 7 pour les kinésithérapeutes, signé en Juillet 2023, a apporté des modifications importantes. Le premier point abordé est la prévention, qui est rarement mentionnée dans les textes réglementaires concernant la kinésithérapie. L’avenant 7 introduit un nouvel acte de repérage de la fragilité, qui permettra aux kinésithérapeutes de prendre en charge directement des patients dès l’âge de 70 ans, si ces patients présentent des signes de fragilité. Pour cela, les kinés devront envoyer un compte-rendu du bilan au médecin traitant et seront rémunérés comme pour une séance de kinésithérapie classique.

Encadrement du télésoin

En ce qui concerne le télésoin, l’avenant 7 prévoit que les kinésithérapeutes pourront réaliser des téléconsultations pour des patients déjà connus, à condition d’avoir effectué un bilan en présentiel au préalable. Il sera également possible de switcher entre télésoin et présentiel, et les kinésithérapeutes seront payés comme pour une séance en présentiel. Cependant, il y a certaines restrictions, notamment pour les cas de pathologies respiratoires ou post-opératoires. De plus, l’activité en télésoin ne pourra pas dépasser 20% de l’activité totale du kiné.

 

La télé-expertise

Un autre aspect important de l‘avenant 7 kiné est la téléexpertise, qui permettra aux kinésithérapeutes de demander une visioconférence avec d’autres professionnels de santé pour discuter de cas de patients. Cette téléexpertise sera rémunérée à hauteur de 10 euros par visioconférence, et les kinés pourront en réaliser au maximum deux par an.

Accès direct

En ce qui concerne l’autonomie des kinésithérapeutes, l’avenant 7 kiné introduit des changements dans les conditions d’exercice en accès direct. Les kinés pourront prendre des patients en accès direct s’ils exercent dans une structure de soins coordonnés, qu’il s’agisse d’un établissement de santé ou médico-social, ou d’une maison de santé. La limite sera de 8 séances par patient, et les remboursements seront les mêmes que pour une prise en charge conventionnelle. De plus, les kinésithérapeutes devront envoyer un bilan et un compte-rendu des séances au médecin traitant.

Refonte de la nomenclature

En ce qui concerne la nomenclature et la revalorisation des actes, l’avenant 7 kiné prévoit une augmentation de 3% de la lettre-clé en janvier 2024, ainsi que la création de 20 nouvelles lettres-clés et 51 nouveaux actes. Cependant, cette revalorisation se fera progressivement sur plusieurs années.

Conditions de conventionnement des nouveaux kinés

En ce qui concerne l’installation des kinésithérapeutes, l’avenant 7 kiné prévoit que les nouveaux diplômés devront accomplir deux ans de salariat ou deux ans de libéral dans une zone sous-dotée pour pouvoir s’installer en libéral conventionné. Les diplômés étrangers devront certainement également se conformer à ces conditions. De plus, les zones sur-dotées et très surdotées deviendront des zones non prioritaires, rendant l’installation plus difficile.

Conclusion: un avenant 7 kiné avec quelques avancées et beaucoup de contreparties 

En conclusion, l’avenant 7 kiné apporte des changements importants. Il introduit de nouvelles possibilités en termes de prévention, de télésoin et de téléexpertise. Cependant, il reste des zones d’ombre et des interrogations, notamment en ce qui concerne la revalorisation des actes et les conditions d’installation. Malgré cela, il y a des points positifs à souligner, tels que l’accès direct, la téléexpertise et la suppression de certains actes peu rémunérés. La profession doit maintenant se tenir informée de la mise en place de ces changements et continuer à travailler ensemble pour continuer à faire reconnaître la profession comme un acteur incontournable de la santé publique.

 

Si vous voulez valoriser votre expertise avec une communication digitale efficace et pérenne recevez gratuitement votre e-book offert.