En Juillet dernier l’avenant 5 à la convention des Masseurs-kinésithérapeutes mettait en application la revalorisation du Bilan Diagnostique Kinésithérapique (BDK). Celui-ci est désormais facturable dès la 1ère séance et augmenté de AMK 8,1 à 10,7 pour le BDK simple et de AMK 10,1 à 10,8 pour le BDK neuro.
C’est dans ce contexte que BDKapp, une application gratuite développée par EPSILOG, aide les kinésithérapeutes à gagner en efficacité et en temps tout en valorisant leur activité. Mais qu’est-ce que BDKapp et comment aide-t-elle concrètement tous les masseurs-kinésithérapeutes?

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de la genèse de BDKapp ?

EPSILOG s’intéresse aux bilans kinés depuis longtemps. Dès 2004, nous avions une solution pour nos clients, avec VEGA Bilans. Cette problématique n’est pas nouvelle et nous y avons répondu dès l’apparition des BDK dans les avenants conventionnels.
Il y a 3 ans, dans la double perspective des 25 ans de l’entreprise et des nouvelles contraintes annoncées sur les bilans, nous avons décidé de tout reposer à plat, et de définir une nouvelle solution pour les BDK, qui prenne en compte notre expérience en la matière, l’expérience et les retours de nos utilisateurs, mais aussi les évolutions technologiques qui touchent notamment à la mobilité. L’application BDKapp est née ainsi.
Par ailleurs, il s’agissait de marquer cet anniversaire des 25 ans, important pour nous, en remerciant l’ensemble de la profession pour sa confiance qui nous a placé en situation de leader depuis 10 ans. C’est ainsi que nous avons décidé de rendre cette application gratuite et de l’offrir à tous les kinés, qu’ils soient chez VEGA ou non. C’est donc à la fois un remerciement, comme un cadeau à la profession toute entière, et aussi, bien sûr, une vitrine, un outil de promotion utile à tous.
Evidemment, nos propre clients profitent d’un couplage complet avec leur VEGA. Cela accélère la saisie des parties administratives et rend l’expérience plus fluide et intégrée. Mais, mise à part ce point particulier, il n’y a aucune différence de contenu ou de fonctions entre un BDKapp couplé avec VEGA et un BDKapp qui fonctionne à côté d’un Kine+4000, Logicmax ou Topaze par exemple. Pour résumer, on a souhaité que BDKapp soit ouvert, offert gratuitement à tout le monde, avec des avantages supplémentaires liés au couplage, pour ceux qui utilisent VEGA.
C’est une solution pertinente car tout le monde est gagnant : Les kinés dans leur ensemble disposent gratuitement d’une solution efficace. Nos utilisateurs bénéficient d’un surplus de confort lié à la liaison avec VEGA. Et nous, nous bénéficions d’un outil de promotion utile qui colle parfaitement à l’image positive et pratique que les kinés ont de VEGA.

Concrètement comment cela fonctionne ?

Avec bientôt 12000 téléchargements sur l’ensemble des stores d’application, on peut dire que ça fonctionne « bien ». Mais j’imagine que ce n’est pas le sens de votre question…
Plus sérieusement, BDKapp est une application qui fonctionne sur Ipad, Tablettes Android et tablettes ou PC sous Windows (8 et 10). Il suffit donc de l’installer depuis n’importe quel magasin d’applications, Apple store, Android Play ou Microsoft Store puis de renseigner ses coordonnées au premier lancement pour démarrer. Votre « tampon » sera indiqué sur les fiches de synthèse. C’est très simple.
On doit préciser ici que BDKapp ne fonctionne que sur tablettes ou PC, mais pas sur les téléphones. C’est un choix réfléchi de notre part, car après étude, il est apparu que si l’on peut faire ponctuellement UN bilan sur mobile, dans la majorité des cas, on ne va pas faire SES bilans, c’est à dire l’essentiel de ses bilans, sur un écran de téléphone. Trop de pages à faire défiler, trop petit, trop fastidieux. Hors développer une version spécifique pour mobile aurait eu un coût supplémentaire assez important pour répondre, de fait, à un usage marginal. D’un point de vue purement pragmatique, ce développement et ces coûts auraient été à la fois superflus et incompatibles avec une application gratuite déjà couteuse à développer. C’est un outil de promotion et d’image que seule une société importante comme VEGA peut assumer sur le long terme, mais en restant concentré sur les fonctions et usages les plus utiles au plus grand nombre.

Kobus application

Précisément, pouvez-vous nous en dire plus sur ces fonctions ?

Disons d’abord que BDKapp est une application « vivante », en évolution constante et rapide. Pour preuve, depuis son lancement il y a deux ans, nous avons offert pas moins de 6 mises à jours majeures et 17 évolutions plus mineures. En procédant ainsi, nous avons pu développer progressivement l’application en tenant compte des usages et nombreux retours réels.
Avec la dernière évolution, présentée cette année à Rééduca, nous avons atteint une réelle maturité. Toutes les qualités initiales qui ont fait le succès de BDKapp (simplicité, rapidité et ergonomie) sont préservées et toutes les fonctions nécessaires sont là : des bilans sur tous les thèmes, des milliers d’items, avec mesures articulaires, testings, scores, photos annotables, goniomètre informatique, questionnaires, Bodychart évolué, Hyper rédacteur, courbes d’évolution, exports, comparaisons, suivi de valeurs, éditions personnalisables et envoi par mail… Tout y est !
Mais aujourd’hui avec ce nouveau BDKapp, l’application est considérablement enrichie avec des possibilités incroyables en termes de personnalisation. C’est une évolution radicale et pour l’instant unique dans les applications de bilans.
D’ailleurs, si l’on considère que chaque kiné est unique et que chaque pratique est différente en fonction de l’expérience, des habitudes, de la formation, des envies, ou même du moment dans la journée… Comment est-ce qu’un unique outil pourrait répondre à cette variété des usages et des besoins ?
BDKapp est désormais la réponse. Tout simplement parce qu’il n’y pratiquement plus aucune limite dans la personnalisation. Un ordre vous déplait ? Changez-le. Un item en trop ? Supprimez-le. Un item vous manque ? Créez-le. Vous pouvez faire ce que vous voulez, exactement comme si vous étiez vous-même l’éditeur. Et il n’y a pas besoin de préparer votre travail à l’avance, d’aller dans un « constructeur » extérieur ou dans des paramétrages complexes… Tout se fait en temps réel, et en cours de bilan.
En soi, c’est une petite révolution. Vous pouvez répondre à vos besoins au moment même où ils apparaissent. Ajoutez, corrigez, arrangez, ordonnez ou supprimez instantanément ce que vous voulez ! C’est aussi simple que ça, et c’est par conséquent extrêmement puissant. Nous nous sommes inspirés de la célèbre formule attribuée à Léonard de Vinci : La simplicité est la sophistication suprême.
Les plus exigeants pourront même créer des questionnaires et des scores avec leurs formules de calculs, ou bien des mesures illustrées avec leurs propres images, c’est pratiquement sans limite.
Puisque chaque kiné est unique, alors chaque BDKapp pourra être et sera certainement unique. Il n’y aura aucun outil de bilan mieux adapté à chaque praticien, puisqu’on donne un contrôle intégral sur le contenu. Sans oublier que BDKapp est livré nativement avec un riche contenu, que nous complétons régulièrement. Ce n’est pas une mécanique vide, mais plutôt une base et une application ouverte qui permet une adaptation extrême à celui qui s’en sert.
Le but ultime étant que BDKapp devienne le plus court chemin entre votre pensée et la rédaction du bilan. Comme le stylo le plus efficace et le mieux adapté à chacun pour rédiger ses BDK.

Comment BDKapp peut-elle aider les kinés salariés et les libéraux ?

Pour les kinés libéraux, c’est une aide au moins à trois niveaux.
En premier lieu, BDKapp permet de gagner du temps : Les fonctions de recopies, de renouvellements, limitent énormément certaines saisies répétitives. Par ailleurs, la rédaction d’un bilan dans un BDKapp que vous avez personnalisé est très efficace et généralement plus rapide « qu’à la main ». Surtout si l’on prend en compte l’archivage à long terme qui est associé aux bilans.
Ensuite, c’est aussi une base documentaire. Il y a la plupart des scores et questionnaires validés, des tests, des mesures, organisés et explicités. C’est parfois utile.
C’est enfin un outil qui participe au « faire-savoir ». Les kinés ont toujours un savoir-faire, mais parfois, ils manquent d’habitude en terme de « faire-savoir », de communication, et surtout à l’écrit à travers la formalisation de leurs évaluations. Ils sont d’ailleurs souvent surpris par ce qu’ils arrivent à produire avec BDKapp. Lorsque vous transmettez à un chirurgien une fiche de synthèse de BDKapp avec les pages additionnelles en annexe (Bodychart, Photos annotées, douleurs et mesures articulaires illustrées en 3D)… Attendez-vous à travailler plus souvent avec ce chirurgien. C’est une présentation extrêmement qualitative de ce que les kinés ont toujours fait sans systématiquement l’écrire. Et c’est en tout cas, ce que nos utilisateurs nous racontent.
Pour les kinés salariés, c’est en grande partie identique, mais ils ont généralement (au moins en milieu hospitalier), des contraintes plus grandes au niveau des outils, des applications à utiliser. En tout cas, rien ne les empêche d’utiliser BDKapp sur une tablette ou une PC personnel. Il est gratuit et illimité pour eux également.

Comment voyez-vous le métier de Kinésithérapeute dans les années à venir?

Nous le voyons évoluer depuis 25 ans.
Apparition de l’informatique dans les cabinets et de la télétransmission par modem, puis les lecteurs les cartes Vitale, Internet, avec les bilans devenus conventionnels et obligatoires, et enfin les agendas déportés, puis en ligne, et maintenant les messageries sécurisées, bientôt le DMP. C’est une profession qui a su gérer et intégrer beaucoup de changements organisationnels et de contraintes, en peu de temps en fin de compte. C’est en soi un vrai tour de force à mettre au crédit des kinésithérapeutes.
Sur un angle plus « métier », disons médical ou au niveau des techniques, là aussi, beaucoup d’évolutions… ou de modes. La liste non-exhaustive est déjà longue : méziéristes, busquet, LPG, ostéo, TMO, la cryo ou encore la réalité virtuelle … et maintenant une kinésithérapie plutôt à l’anglo-saxonne avec McKenzie et l’approche EBP par exemple. Là aussi, cela évolue sans cesse. La kinésithérapie est une profession très riche et avec une vraie dynamique.
La création de l’Ordre comme la transformation du cursus d’enseignement sont également des changements structurants d’importance.
Pour ce qui concerne les bilans, et donc BDKapp, on peut observer facilement une tendance lourde. Il faut de plus en plus valider, prouver, mesurer, scorer et documenter. Le contexte médico-légal est également en train de changer, avec une judiciarisation sensible. Là encore, cela ressemble à ce qui est en place depuis plusieurs années dans le monde anglo-saxon. On peut le regretter ou s’en réjouir, mais c’est ainsi.
BDKapp est d’une certaine manière au croisement de toutes ces évolutions majeures.
On doit suivre et anticiper les évolutions informatiques, intégrer les nouveautés médicales et les nouvelles techniques, en insérant le tout dans un contexte règlementaire lui aussi changeant.
C’est ce que nous faisons avec un succès certain depuis 25 ans.

kobus essai gratuit
Rejoignez la communauté

Rejoignez la communauté

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter et restez informé lorsque de nouveaux articles sont en ligne.

Merci et à bientôt